Au début, il y eut DATUM

Partager
Tweeter
Partager
Courriel
DATUM, 1974

Les banques de données en ligne en ont fait du chemin! Au tout début, il y eut le service DATUM. D’abord mis sur pied par la Faculté de droit et le Centre de calcul de l’Université de Montréal (1968), il revint à SOQUIJ d’enrichir et de commercialiser le premier service de banques de jurisprudence au Québec.

Notre rapport annuel 1976-1977 nous apprend que : «Le programme Datum est un programme sur ordinateur qui permet par une technique d’interrogation de repérer un ou des jugements parmi une masse documentaire contenue dans la banque. Un tel programme peut permettre de retracer un jugement parmi 17 000 en un laps de temps de trois minutes.» (Emphase ajoutée).

En outre, comme on peut le lire dans le rapport annuel 1977-1978 : «Aucun de nos clients n’accède directement à cette banque. Tous les problèmes sont soumis à nos juristes consultants qui les analysent selon les méthodes propres à la science du droit. L’utilisation de la banque est sélective et s’inscrit dans un processus où le raisonnement juridique demeure prépondérant.»

Avec le service Dossiers, les clients pouvaient aussi se procurer la jurisprudence associée à des recherches préconstituées.

En 1978-79, il fut décidé de mettre fin au système DATUM qui était déjà «inefficace et dépassé» et «pas plus susceptible d’accès direct» par les clients. La mise en place du «système documentaire de SOQUIJ», applicable à la jurisprudence et à la législation, allait s’effectuer dans les 4 années subséquentes pour aboutir sur une nouvelle génération de banque de données… C’est une histoire à suivre!

#SOQUIJ40

Partager
Tweeter
Partager
Courriel

Une pensée sur “Au début, il y eut DATUM”

  1. Carolle Burton dit :

    Et surtout, il y a eu des personnes qui ont fait avancer le tout : )

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *