Coup d’œil sur… le Conseil interprofessionnel du Québec

Partager
Tweeter
Partager
Courriel

À l’aube du 50e anniversaire de création du Conseil interprofessionnel du Québec (CIQ), nous avons voulu en savoir plus sur cet organisme qui regroupe les 45 ordres professionnels du Québec et plus de 371 000 membres.

Les origines

Fondé en 1965, le Conseil a d’abord été le regroupement volontaire de 15 corporations professionnelles.

Le Conseil a vu son existence et son rôle reconnus lors de l’adoption du Code des professions en 1973. En plus de regrouper les ordres professionnels qui doivent obligatoirement en être membres, il s’est vu confier, en parallèle avec l’Office des professions du Québec, nouvellement créé, un mandat d’organisme-conseil auprès de l’autorité publique.

La structure

Les présidents des ordres professionnels du Québec, ou leurs représentants, siègent à l’assemblée des membres qui constituent le conseil d’administration du CIQ. Les membres du conseil d’administration élisent les sept personnes qui siègent au comité exécutif. Le Conseil compte également sur une permanence regroupant sept employés. Il est appuyé dans la réalisation de sa mission par une centaine de représentants des ordres professionnels qui participent aux travaux des différents comités, groupes de travail et forums.

Le mandat

En sa qualité de regroupement des ordres professionnels, le Conseil constitue un lieu de mobilisation et une voix collective sur des sujets d’intérêt commun. Il agit également à titre d’unité de services auprès de ses membres. Le Conseil est consulté sur les orientations, les projets de loi et de règlements du système professionnel, la nomination de dirigeants de l’Office des professions du Québec, la nomination des administrateurs représentants du public au sein des ordres, la contribution au financement et les prévisions budgétaires de l’Office des professions.

Les enjeux

Le principal enjeu stratégique auquel le Conseil fait face est sans contredit d’exercer un leadership dans la recherche de solutions en lien avec les nouvelles perspectives sociales et économiques, afin d’assurer la protection du public. C’est dans cette optique qu’en étroite collaboration avec les 45 ordres professionnels il a mis de l’avant la campagne « Ordre de protéger » (ordredeproteger.com) et qu’il fait la promotion, auprès des instances politiques d’une réforme globale du Code des professions.

Partager
Tweeter
Partager
Courriel

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *