«

»

Juil 26 2017

La « jurisprudence » – un faux ami dont il faut se méfier

Le saviez-vous? Le terme «jurisprudence» n’a pas le même sens dans les deux langues. En français, le mot «jurisprudence» signifie généralement l’«ensemble des décisions rendues par les tribunaux» (Hubert Reid, Dictionnaire de droit québécois et canadien: avec table des abréviations et lexique anglais-français, 5e éd., Montréal, Wilson & Lafleur, 2015, p. 369) sur une question juridique donnée. Au sens large, il fait référence aux décisions rendues par les instances judiciaires sur un sujet ou un domaine de droit particulier, ou même dans l’ensemble du droit en général. Dans un sens plus strict, la jurisprudence désigne une solution donnée par les tribunaux à un problème posé, consignée dans les jugements écrits. Quand le même problème se répète ou une question similaire est soulevée, on se réfère à la jurisprudence pour trouver la solution. 

Mais attention, le terme «jurisprudence» en anglais n’a pas le même sens. En fait, en anglais, «jurisprudence» désigne principalement la philosophie ou la science du droit (Daphne A. Dukelow and Betsy Nuse, The Dictionary of Canadian Law, Toronto, Carswell, 1991, p. 554). Les théoriciens du droit étudient la «jurisprudence» (au sens anglais) afin de comprendre la nature du droit et du raisonnement juridique ainsi que les systèmes et institutions judiciaires. On peut donc parler de «analytical jurisprudence» ou de «feminist jurisprudence», pour ne citer que quelques exemples.

Il est toutefois à noter que le mot «jurisprudence» en anglais est quand même parfois utilisé pour désigner les jugements des tribunaux. Surtout au Québec, où les juristes travaillent souvent dans les deux langues, il n’est pas rare d’entendre parler de «jurisprudence» en anglais pour désigner les jugements. En fait, ce sens est même présenté par Black’s Law Dictionary (Henry Campbell Black, Black’s Law Dictionary, 9th ed. by Bryan A. Garner, St. Paul (Minn.), West Group, 2009, p. 932) comme la septième et dernière définition du mot «jurisprudence» en anglais. Mais ce n’est certainement pas son sens principal. En anglais, il est en effet toujours préférable de traduire le mot français «jurisprudence» par «case law».

Au sujet de l'auteur

Nathalie Khan

Me Natalie Khan est diplômée en droit civil et en common law de l’Université McGill (B.C.L./LL.B. 2005) et membre du Barreau de Québec depuis 2006. Elle détient également un certificat en traduction de l’Université McGill (2010). Elle s’est jointe à l’équipe de traduction de SOQUIJ en avril 2016. Avant de se joindre à SOQUIJ, elle a travaillé au sein d’un cabinet montréalais d’envergure internationale pendant une dizaine d’années, d'abord à titre de recherchiste et ensuite à titre d’avocate-réviseure. Elle possède également une vaste expérience en tant que traductrice pigiste.

Lien Permanent pour cet article : http://blogue.soquij.qc.ca/2017/07/26/jurisprudence-faux-ami-dont-faut-se-mefier/

Les commentaires des lecteurs sont les bienvenus et sont même encouragés dans le respect de la nétiquette. Notez que les auteurs du blogue ne peuvent donner d'opinion ni de conseil juridique relativement aux situations personnelles des lecteurs. Ces derniers devraient consulter un avocat ou un notaire pour obtenir des réponses appropriées à leurs circonstances particulières. Consultez le site Votre boussole juridique pour trouver des ressources gratuites ou à faible coût.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>