Une greffe d’organe étant un don, le patient doit-il la mériter ?

Partager
Tweeter
Partager
Courriel

«Une greffe d’organe est un don. […] Peut-être faut-il la mériter ?» C’est ainsi que s’est exprimé récemment le juge André Denis, de la Cour supérieure, dans une affaire opposant l’Hôpital Royal Victoria et Transplant Québec à un patient qui exigeait d’être inscrit sur la liste des personnes en attente d’une transplantation de rein. Ce patient était tout à fait désagréable, irascible et irrespectueux envers le personnel infirmier ainsi que les membres de l’équipe de transplantation. Pour reprendre les mots du juge : «Il n’est peut-être pas nécessaire de s’aimer dans ce genre de relation, mais il est contre-indiqué de se détester.»

À l’exception des soins vitaux comme les traitements de dialyse, que le patient continuait d’ailleurs à recevoir, le juge a estimé que la Loi sur les services de santé et les services sociaux n’obligeait en rien un médecin ou une infirmière à soigner ce dernier.

Le texte intégral de cette décision est disponible sur Soquij.qc.ca.

Partager
Tweeter
Partager
Courriel

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *