Chroniques linguistiques

Chroniques linguistiques

Toutes les chroniques

Brut, net

Les exemples ci-dessous illustrent combien l’accord des termes brut et net peut sembler parfois aléatoire.

Ex.: La charge pèse environ 600 kilogrammes net.
Les exportations ont rapporté 24 millions de dollars brut.

Pour l’année 1999, les ventes ont rapporté des bénéfices de 172 000 $ bruts.

L’appelant a perçu une commission de 3 500$ nette.

Cette confusion dans l’usage révèle deux difficultés. La première a trait à la nature du terme: s’agit-il d’un adjectif ou d’un adverbe? Pour vérifier s’il s’agit bien d’un emploi adverbial, il faut ramener le terme (brut ou net) à droite du verbe — s’il ne l’est déjà — et poser la question combien?

Ex.: La charge pèse net combien? (environ 600 kilogrammes)
Les exportations ont rapporté brut combien? (24 millions de dollars)

Dans ces exemples, les termes «brut» et «net» qualifient le verbe: ils sont adverbes et donc invariables.

Ex.: Pour l’année 1999, les ventes ont rapporté brut combien? (des bénéfices de…)
L’appelant a perçu net combien? (une commission de…)

Dans ces deux derniers exemples, les compléments répondent non pas à la question combien? mais plutôt à la question quoi? (des bénéfices…; une commission…). Par conséquent, il ne s’agit pas d’un emploi adverbial.

Il importe maintenant de savoir avec quoi accorder les adjectifs «brut» et «net». La tendance à placer ceux-ci en fin de phrase sans faire l’accord vient sans doute de la confusion avec l’adverbe. Afin d’éviter toute erreur, on veillera à placer l’adjectif juste à côté du nom qu’il qualifie.

Ex.: (…) des dividendes nets de (…); (…) des gains nets de (…); (…) des ventes brutes de (…); (…) un salaire brut de (…); etc.

Print Friendly, PDF & Email